71542460_1150046351861847_871327741985685504_n

L'intérêt d'avoir un stock ? Se préparer à une pénurie,

ou tout simplement, faire ses courses moins souvent

 

Je ne sais pas pour toi, mais quand j'ai commencé à m'intéresser au survivalisme il y a maintenant un an, je n'ai pas réussi à trouver le blog survivaliste qui me correspondait...

En effet, les blogs survivalistes existants tiennent rarement compte de notre santé (ils partent du principe qu'en mode "survie", on se contente de peu) et de notre impact sur l'environnement.

Concernant le stockage de nourriture, par exemple, je suis tombée sur des survivalistes constituant leurs réserves à partir d'aliments déshydratées emballés individuellement (!) : https://www.labibledusurvivalisme.com/nourriture-lyophilisee/ 

Bonjour la quantité de déchets produits ! Et côté santé, on ne sait vraiment pas ce qu'ils mettent dedans (farines animales ???)...

Il y également ceux qui choisissent de stocker un maximum de nourriture en conserves, (souvent de qualité médiocre pour faire des économies !) : des aliments qu'ils ne mangeraient pas aujourd'hui, mais qui selon eux feront l'affaire en temps de survie... Un exemple en vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=gNhsKIpirYA

Ces visions du stockage de nourriture ne me conviennent pas.

En effet, nous ne savons pas si l'effondrement se produira brutalement ou progressivement, et surtout, dans combien de temps (2020 ? 2030 ? 2050 ?). 

Pour ne pas stocker inutilement de la nourriture qui périmera peut-être avant la crise, je pense qu'il vaut mieux pratiquer la rotation de stocks d'aliments sains, durables et sans déchets (ça, c'est pour l'éthique, planète foutue ou pas, je n'ai pas envie d'en rajouter à son fardeau...).

1. MON MODÈLE : LA VIE DE NOS ARRIÈRES-GRANDS PARENTS CAMPAGNARDS

(eh oui, je vais te bassiner avec ça sur ce blog : je pense que notre salut tient vraiment à notre capacité à retrouver le mode de vie sobre et pragmatique de nos anciens...).

Avant l'explosion du platique et du pétrole pas cher, sans réfrigérateur à la maison, nos anciens conservaient leur nourriture dans des contenants sains (sans perturbateurs endocriniens et autres polluants cancérigènes) et dans les endroits frais (cave) ou secs et aérés (grenier). Saloirs en grés, jarres en grés, bonbonnes de verre, coffres en bois, paniers, et tous contenants en verre ou métal...

J'ai même appelé mon père ce matin pour lui demander de se rappeler de son enfance à la campagne et du mode de vie de ses parents, paysans dans la Haute-Marne (France). Il se souvient très bien du coffre à salaison avec le cochon tué pour l'année conservé en morceaux (crus) dans le sel, des pommes, noix, noisettes, nèfles et chataignes conservées pour l'hiver sur le plancher du grenier, des betteraves et des carottes conservées dans un bac à sable et des pommes de terre à la cave. 

C'était la minute nostalgie nécessaire pour te faire prendre conscience que nos anciens de la campagne étaient repectueux de la nature (rien ne se perdait). Et surtout, ils étaient autonomes : avec leur potager, un peu d'élevage (lapins, poules, canards et dindons chez mes grands-parents paternels) et des arbres fruitiers, ils n'avaient presque pas besoin d'acheter de la nourriture ailleurs ! Un feu de farine, de sucre, de lait et de beurre à la ferme voisine. Le cochon acheté sur pied et tué à l'année dans le village était conservé dans du sel pour l'année. Ils mangeaient peu de viande, peu de céréales en dehors du pain fait maison, et beaucoup de légumes et légumineuses du jardin.

C'est pourquoi à mon avis le stock de survie seul n'a aucun sens sur le long terme : il doit servir uniquement à faire face temporairement à une période de transition après une crise majeure (krach boursier avec inflation, conflit armé, catastrophe naturelle...).

A nous de complèter dès maintenant notre stock alimentaire en travaillant sur notre autonomie et en nous inspirant de nos aïeux. Nous pouvons par exemple dès à présent :

  • nous créer dès à présent un potager
  • nous lancer dans l'élevage de poules, puis de lapins si nous avons l'énergie et le temps 
  • planter dès à présent des fruitiers (dans l'idéal : pommier, noyer, cerisier, poirier) qui mettront des années à devenir forts et productifs
  • et avoir constamment à la maison au moins un mois de stock d'aliments nutritifs de base, que je vais maintenant te présenter. 

70556201_513353606122521_3184637732232101888_n

2. LES ALIMENTS DE BASE ZÉRO DÉCHET À STOCKER CHEZ SOI EN PERMANENCE :

J'ai suivie une formation en nutrition ayurvédique végétarienne qui m'a été très utile dans ma réflexion sur l'alimentation optimale (en termes d'énergie, de santé et de conservation) pour la survie. 

En effet, en stockant uniquement des céréales et des légumineuses, ainsi que du quinoa (qui possède tous les 7 acides aminés essentiels) et éventuellement des protéines de soja, ainsi que des acides gras sous forme de graines oléagineuses, d'huile d'olive, huile de sésame, huile de coco et de beurre clarifiéon a presque tous les nutriments nécessaires à la survie, avec une bonne densité calorique. 

Pour l'eau, c'est simple : plutôt que de stocker des quantités de bouteilles polluantes et nocives pour la santé, je te recommande de te procurer un système de filtration. J'en parlerai dans un prochain article. 

PROTÉINES : apportées par le soja, le quinoa ou l'association de légumineuse (lentilles, haricots, pois chiches, pois cassés) + céréale ou pseudo-céréale (blé, riz, orge, avoine, seigle, maïs, épeautre, millet).

Remarques importantes :

  • le sarrasin apporte lui aussi tous les acides aminés essentiels (et peu donc comme le quinoa et le soja remplacer la viande à lui seul), mais il est difficile à conserver. Il comporte souvent des bestioles qui le dévore dans son contenant... Préfère le kasha, sarrasin préalablement grillé.
  • le soja est difficile à digérer pour une grande majorité de personnes (sans qu'elles le sachent pour autant) : les graines de soja jaune ne se consomment pas telles quelles, il faut les travailler avec une fermentation assez complexe (natto, tempeh, shoyu) ou les transformer en tofu, qui lui ne se conserve pas... Il existe aussi les protéines de soja texturées, plus faciles à utliser et à conserver, mais vérifie avant que tu les digères...

Et les produits laitiers ? Tu peux acheter du fromage en meule à condition de pouvoir le conserver dans des conditions de température et d'humidité très stables. Seules celles qui parmi vous ont une vraie cave à température constante peuvent tenter l'expérience... Si tu veux toutefois garantir tes apports en calcium, tu peux soit stocker du lait UHT ou des fromages à conservation longue durée (type vache-qui-rit). Le lait d'amandes contient quant à lui très peu de calcium, sauf s'il est enrichi. 

GLUCIDES apportés par les mêmes aliments cités ci-dessus, sauf le soja (qui contient très peu de glucides). Ajoute également de la farine de blé (conservation optimale trois mois, mais se conserve bien jusqu'à un an). Remarque : laisse tomber les farines plus "originales" (riz, chataigne, sarrasin...) qui se conservent assez mal...

LIPIDES : pour varier les acides gras (omega 3-6-9), je te recommande de stocker des noix avec leurs coques (elles se conservent une à deux années !), des graines de courge, des amandes, des noix de cajou, des graines de courges, de l'huile d'olive, de coco, de sésame et du ghee (du beurre clarifié : il se conserve à température ambiante). J'évite les arachides non salées car elles ont tendance à se couvrir de micro-moisissures toxiques...

Pour apporter également des vitamines essentielles à son assiette (vitamine C notamment, dont le déficit peut provoquer des problèmes de santé, dont le célèbre scorbut), il suffira de compléter ces repas végétariens avec des plantes et baies sauvages comestibles, que l'on peut trouver facilement dans la nature une fois qu'on sait les reconnaître (j'écrirai d'autres post à ce sujet). 

Et pour agrémenter tes assiettes végétariennes (et aussi les rendre plus digestes, parce que tu vas voir que tes intestins ne sont pas habitués à consommer autant de fibres...), ajoute à tes stocks :

  • de la sauce tomate en conserve et du concentré de tomate,
  • du lait de coco en briques (pour les dahls de lentilles),
  • des épices et aromates (cumin, clous de girofle, ail, oignons, curry en poudre, gingembre, cannelle, thym, laurier,...)
  • du sel marin (prévoyez une grande quantité de sel : pour les plats, l'eau de cuisson, la conservation des viandes ou poissons que vous aurez attrapés).
  • du sucre (un gros sac de 5 kg est suffisant), pour agrémenter faire des tartes (farine + ghee + eau + fruits ou baies + sucre)
  • de la spiruline (une algue fortifiante, riche en protéines et en fer, qui se conserve extrêmement bien) et autres algues riches en iode (dulse, laitue de mer, nori en paillettes...).

On peut donc se constituer facilement un stock de base non périssable (conservation entre un et deux ans !) que l'on peut consommer et remplacer au fur-et-à-mesure pour ne pas gâcher cette précieuse nourriture. En plus, il existe de plus-en-plus de points de vente en vrac : la meilleure solution pour réaliser ses stocks et les réapprovisionner régulètement ! 

Dans quelles conditions conserver son stock d'aliments ?

J'utilise des bocaux en verre (de récupération ou bocaux de type Le Parfait), le matériau idéal pour la conservation : bien hermétique aux bêtes en tous genres, et pas de substances nocives pour la santé (sauf dans le couvercle des bocaux : fais attention à ne pas trop tasser les aliments dans les pots pour qu'ils ne restent pas constamment en contact avec le couvercle - il contient des bisphénols.). 

Le meilleur endroit pour conserver tes stocks : un local sans lumière (ou avec un placard, pour protéger les aliments de la lumière)frais et bien aéré. Une cave ou un placard dans une pièce pas trop chauffée de ton habitation (par exemple située au Nord). 

arrows-381439_640

3. LA ROTATION DES STOCKS

Bon, ça parait simple de prime abord, mais en fait j'ai mis du temps à trouver la bonne méthode... (C'est mon côté blonde ;))

Tout l'intérêt d'avoir un stock "zéro déchet", c'est de piocher dedans pour tes repas quotidiens, et de le réalimenter régulièrement. 

Si tu souhaites te constituer un stock pour 5 semaines d'autonomie, et que tu fais tes courses de stock une fois par mois : il te faudra donc :

  • acheter la toute première fois DEUX FOIS LES QUANTITÉS d'un stock pour un mois  (c'est-à-dire doubler toutes les quantités prévues pour 5 semaines d'autonomie). 
  • disposer tes stocks en deux ensembles : un premier stock A d'un mois dans lequel tu vas piocher pour tes besoins courants, puis un second stock B auquel tu ne toucheras pas. Dans l'idéal, prévois carrémentdeux étagères. 
  • au bout d'un mois, tu fais le point sur ce qu'il te manque dans le stock A : tu complétes alors à partir du stock B pour te reconstituer le stock A entièrement. Sur ta liste de courses mensuelles, tu inscris tout ce que tu dois acheter pour reconstituer immédiatement ton stock B.

Ainsi,  tu auras toujours : 2 mois d'autonomie devant toi juste après avoir fait tes courses, et il te restera un peu plus d'un mois de stock au moment de faire tes courses mensuelles. Bien-sûr, tu peux multiplier les quantités de ce stock mensuel autant de fois que tu souhaiteras de mois d'autonomie...

Voici la méthode en résumé :

FS-schema-rotation-stocks

Dans le prochain article, je vais te montrer comment calculer la quantité précise de stock nécessaire pour tenir 5 semaines (un mois environ) en fonction du nombre et de l'âge des habitants de ton foyer.  

Si tu as des remarques pour m'aider à compléter/améliorer cet article, n'hésite pas à les poster en commentaire !