Femmes Survivalistes

30 novembre 2019

Hygiène féminine : les solutions autonomes et zéro déchet

belly-3186730_1280

Chaque article que je partage sur ce blog correspond à une étape de ma préparation à l'effondrement. 

Je me suis donc posé cette question toute bête mais bien épineuse pour ma fille et moi : comment faisaient nos ancêtres pour supporter les règles au quotidien avant l'invention des tampons et des serviettes hygiéniques jetables ?

La grand-mère de mon mari (87 ans aujourd'hui) m'a décrit ce qu'elle portait durant sa jeunesse : des culottes en plastique dans lesquelles elle insérait des linges en coton à laver...

Cela n'était pas glamour, mais au moins cela présentait trois avantages : c'était durable (réutilisable), cela ne polluait pas (zéro déchet tant que les culottes n'étaient pas abimées) et ce n'était pas toxique pour le corps (cf le scandale des tampons toxiques dans une enquête de 60 millions de consommateurs de février 2018). 

Je me suis dit qu'il était temps que je change mes habitudes et que j'opte pour une solution zéro déchet et durable, ce qui sera bien pratique si un jour nous n'avons plus accès aux protections hygiéniques "grand public".

 

Coupe-menstruelle

1. LA CUP MENSTRUELLE : dépanne en cas d'urgence, mais pas sur le long terme...

Encore méconnue il y a cinq ans, la cup ou coupe menstruelle rencontre aujourd'hui un grand succès : il s'agit d'une sorte de coupelle en forme d'entonnoir que l'on place à la verticale dans le vagin (appelons un chat un chat, dans cet article je ne vais pas tourner autout du pot). Elles sont souvent proposées en deux tailles, suivant notre anatomie, car elles doivent être bien 'calées' dans le vagin.

En silicone, sans contaminant, réutilisable quasiment à l'infini, solide, facile à laver (on la rince puis on la fait bouilir pour la décontaminer), la cup me semblait la solution parfaite : je l'ai donc testée pendant plusieurs mois. 

Une languette permet de la récupérer (assez) facilement (en fait bof), en sachant que ce n'est pas toujours pratique dans les toilettes publiques ou pire, celles du bureau (!):

  • on se salit les mains,
  • il faut prendre garde de ne pas la renverser (bonjour la scène d'horreur)
  • bonjour la sensation de ventouse hyper désagréable quand on la retire... :(

Il faut donc prendre des précautions : une hygiène irréprochable et ne pas la garder plus d'une demie-journée, car une fois remplie, le sang risquerait de contaminer les tissus internes par contact. En effet, comme les tampons, les cups peuvent porter du sang contaminé aux staphilocoques et provoquer un choc toxique (je te recommande cet article).

Autre inconvénient que j'ai expérimenté avec la cup : la forme évasée faisait pression sur ma vessie, me donnant l'envie d'uriner plus fréquemment dans un premier temps, et puis me causant carrément une gêne/inflammation par la suite...

CONCLUSION : Je garde la cup comme une solution d'urgence. En cas d'évacuation par exemple... Si je dois partir sur les chemins pendant trois jours, je pense que la cup, que l'on change seulement deux fois par jour, est alors la meilleure solution pour rallier un lieu d'habitation pérenne. 

 

serviettes_hygieniques_lavables  

2. LES SERVIETTES HYGIÉNIQUES EN TISSU : la solution la plus durable

Les serviettes en tissu sont également de plus en plus en vogue, dans la mouvance du "zéro déchet".

Il y a 7 ans, j'avais opté pour les couches lavables pour mes enfants (cela demande toute une organisation : poubelle dédiée, cycles de lavage dédiés, etc), mais je n'ai jamais osé franchir le cap des serviettes hygiéniques lavables... J'en avais acheté 4 pour voir à quoi ça ressemblait, mais j'ai trouvé leur taille ridiculement petite ! En effet, à l'époque l'offre était encore réduite, et il y avait peu de serviettes en tissu de grande taille adaptées aux flux abondants.

En outre, l'idée de laver à la machine des bouts de tissus plein de sang me rebutait carrément...

Cependant, maintenant que je réfléchis à l'effondrement, je me dis que ma fille et moi serons bien heureuses d'avoir notre stock de serviettes lavables si un jour nous n'en trouvons plus en magasin.

J'envisage même de les utiliser dès à présent dans le soucis de protéger l'environnement avec la démarche "zéro déchet". Je ne les ai pas encore achetées car cela représente un budget au départ non négligeable... Néanmoins, j'ai commencé à me renseigner sur les produits de différentes marques, et c'est ce que je partage avec toi ci-dessous.

Questions pratiques sur les serviettes hygiéniques en tissu :

Le lavage : 

  • rincer au préalable à l'eau froide pour enlever le maximum de sang - laisser tremper 6h minimum (une nuit peut être nécessaire) dans de l'eau froide (important : l'eau chaude fixe le sans dans les fibres textiles...)
  • laver en machine ou à la main à 40° maximum (60° pour certaines marques) avec une lessive saine et naturelle
  • NE PAS UTILISER DE SECHE-LINGE : il abime les serviettes

Les différents matériaux de serviettes en tissus :

  • en fonction de leur capacité d'absorption (les serviettes sont souvent proposées en différents modèles suivant l'importance de vos flux), les serviettes comportent le plus souvent de 3 à 6 couches, de type : une couche microfibre en coton ou en bambou en contact avec le corps, une couche absorbante en coton ou en bambou et une couche waterproof antifuites pour contenir le tout. 
  • des pressions en nickel plastifié qui peuvent être allergène : certaines marques garantissent des matériaux non allergènes.

Les prix explosent quand les produits sont certifiés naturels et non allergènes. 

Par exemple, la marque française dansmaculotte.com (je n'ai aucun partenariat avec eux, c'est en toute liberté que je te parle de leurs produits) propose des prix presque deux fois plus chers que ses concurrents car elle a une vraie démarche éthique (fabriqué en France), écologique (coton certifié GOTS) et santé (tous les composants (encres, fils, pressions…) sont certifiés Oeko-tex 100 Standard par leurs fournisseurs : norme qui garantit 0% de produits chimiques). Les marques Plim et Hannahpad présentent également des textiles certifiés. 

Autre détail important pour le choix de tes serviettes : la température maximale de lavage... Comme je te le disais plus haut, le sang des règles est une véritables piscine biologiques, dans laquelle des sales trucs comme les staphilocoques se plaisent... Je te recommande donc de choisir des serviettes qui se lavent à 60° (température de lavage à laquelle on est sûre de tuer tous les pathogènes) plutôt que celles qui se lavent à 40°C. Si vous n'êtes pas convaincue, je t'invite à lire cet article. (Eh oui, moi aussi je voulais faire un geste pour l'environnement en faisant toutes mes machines à 40°C : maintement je lave tous les draps, serviettes, torchons, gants et sous vêtements à 60°C).

Quel budget faut-il prévoir pour un kit complet de serviettes hygiéniques lavables ?

Pas évident d'estimer le prix d'un kit, car cela varie d'une femme à l'autre (durée des règles, importance des flux), des marques, et de la quantité achetée (prix réduits par lots, frais d'envoi gratuits à partir d'un certain montant)..

En gros, si on prend une durée moyenne de règles de 5 jours, et qu'on lave les serviettes tous les 2 jours, il faut compter :

  • 9 serviettes "jour" (trois par jour, dont les 6 premières lavées en machine à J+2 soir, pour être portées de nouveau à partir de J+4)
  • 4 serviettes "nuit' (une par nuit, dont la première lavée en machine à J+2 soir, pour être portée de nouveau à J+4 nuit)

Prix d'une serviette jour : de 8 à 16 euros pièce

Prix d'une serviette nuit : de 10 à 20 euros pièce

--> ton kit te coutera donc entre 75 et 220 euros, selon ton flux et selon la marque choisie !

Des idées pour faire ton choix : 

C'est sur ces sites que j'ai relevés les prix.

Les serviettes lavables bon marché :

Les serviettes lavables plus écolo/santé -et plus chères :

culottes-de-regles-lavables 

3. LES CULOTTES HYGIÉNIQUES LAVABLES : 

C'est une troisième option, qui devient également très populaire. 

Néanmoins je n'en parlerai pas dans cet article car ce n'est pas une solution que j'ai retenue : les culottes sont chères, les prix sont très variables d'une marque à l'autre, et on est sensée gardée une culotte sur soi toutes la journée, ce qui ne me plait guère... 

Si tu as testé, je suis preneuse de ton témoignage ci-dessous en commentaires :)

 

Maintenant, c'est à toi de choisir !

N'hésite pas à partager tes découvertes pour en faire profiter la communauté de Femmes Survivalistes, merci :)

Posté par jennycuisinebio à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 septembre 2019

Stock de nourriture zéro déchet 2/2 : les quantités...

bocaux-vrac

Ce n'est pas facile de savoir quelles quantités

de nourriture stocker pour un foyer...

Dans mon article précédent "Se constituer un stock de nourriture zéro déchet : les aliments et les contenants", je te présentais la méthode de stockage de nourriture par rotation des stocks.

Voici les grands principes à retenir :

  • acheter de bons aliments nourrissants et non périssables en vrac, pour les acheter en grandes quantités et produire peu de déchets ;
  • préférer les graines entières, prêtes à germer : ce sont celles qui se conservent le mieux (lentilles, haricots, pois chiches, quinoa, millet, blé entier à réduire en farine,...) ;
  • les conserver dans des bocaux en verre dans un endroit aéré, sec, à l'abri de la lumière et à une température toujours inférieure  24°C
  • compléter les protéines et les glucides fournis par les céréales et les légumineuses avec des matières grasses et des oléagineuses
  • prévoir du sel, du sucre, du miel, de la sauce tomate, des épices pour agrémenter tes futurs plats végétariens.
  • prévoir une solution de filtration de l'eau (de puits, de pluie ou de rivière) plutot que de stocker des bouteilles d'eau polluantes, encombrantes et nocives pour ta santé.
  • se préparer dès maintenant à compléter la nourriture stockée avec le potager, les fruitiers, la cueillette de plantes sauvage, de l'élevage (poules, lapins,..), de la chasse et du piégeage. Et comme me l'a fait justement remarquer une membres du groupe FB Femmes Survivalistes : les insectes sont également très intéressants nutritionnellement parlant (s'il y en a encore dans l'avenir, parce que vu le peu d'insectes que j'ai vus cet été dans mon jardin, je me pose la question...).

Il faut maintenant que je te parle un peu de nutrition pour que nous puissions calculer ensemble les quantités de nourriture à stocker pour toute ta famille...

1. Nos besoins énergétiques quotidiens

La nourriture sert avant tout à nous apporter de l'énergie : 4 kcal par gramme de glucide ou de protéine ingérée, 9 kcal par gramme de lipide. C'est important de savoir comment le corps utilise cette énergie, car cela va nous faire comprendre comment il va réagir en cas de pénurie de nourriture (attention spoil : plutôt mal)...

Notre besoin énergétique quotidien va dépendre de :

  • notre sexe
  • notre âge
  • notre poids actuel
  • notre activité physique. 

Tu vois où je veux en venir : il y a quand même un sacré calcul à faire pour une famille nombreuse... Rassure-toi, nous allons utiliser des moyennes par âge et par sexe. 

Nous avons chacun un besoin minimal d'énergie pour que nos fonctions vitales tournent correctement : c'est le métabolisme de base.

Ensuite, s'ajoute à ce métabolisme de base nos dépenses énergétiques habituelles de sédentaire (être assis, lire, parler, marcher à petits pas...).

Et enfin, s'ajoutent nos dépenses d'activité physique (courir, marcher vite et/ou longtemps, sport, jardin, chasse,...).

Voici toutes ces dépenses énergétiques en image :

 

besoins-énergétiques

TOTAL MINIMAL: 1430 kcal pour une journée malade au lit

TOTAL MOYEN : environ 2000 kcal pour une journée sans sport ou grosse dépense physique

TOTAL MAXIMAL : environ 2700 kcal pour une journée TRÈS INTENSE 

Projetons-nous maintenant dans un monde en crise, où cette femme de 42 ans, 1m73 (toute ressemblance avec l'auteur de ce blog est fortuite ;)) passera ses journées à jardiner et à marcher (je pense que la salle de fitness ne sera plus très utile...).

On voit ci-dessus qu'elle dépensera chaque jour entre 2000 et 2500 kcal (légèrement active à active). 

Pour prévoir mon stock (qui ne se base que sur une prévision moyenne de la réalité- je le rappelle) : je vais donc prévoir 2000 kcal/j pour cette personne car :

  • cette femme a en outre très probablement des réserves graisseuses de femmes occidentale bien nourrie et sédentaire dans sa vie d'avant l'effondrement (je le rappelle, pas de ressemblance ou peu avec l'auteur ;))
  • l'énergie apportée par le stock sera complétée par des protéines animales issue des opportunités de chasse, piégeage, élevage (riches en protéines), ainsi que les fruits et légumes du jardin (riche en vitamines et minéraux, mais peu caloriques).

2. Cas particulier : les besoins énergétiques des enfants et des adolescents.

Quand on voit ce que mange un ado, on hallucine...

Ce tableau (issu de ce guide réalisé par une entreprise de produits surgelés pour la restauration collective) nous montre à quel point les besoins énergétiques des adolescents (les garçons surtout) sont ÉNORMES. Si en plus les tiens sont grands et sportifs, prévois de prendre un crédit sur 25 ans pour les nourrir...

besoins-enf-ados

 

3. Que se passe-t-il si on dépense plus d'énergie qu'on en absorbe ?

Comme tu as pu le constater, le corps a besoin d'un minimum d'énergie au quotidien pour fonctionner (c'est le métabolisme de base ou "basal"- et cela représente déjà pas mal de nourriture (plus de 1000 kcal !).

Alors que se passe-t-il si on n'a plus RIEN à manger ?

Don't panic, le corps est bien fait (sauf pour le bikini) : il stocke des réserves de graisses sous forme de triglicérides dans les cellules pour faire face au manque énergétique. On en a même quand on est mince ! Ces réserves t'aideront heureusement à tenir plusieurs semaines avec un apport énergétique inférieur à tes dépenses. 

Mais... Cette situation ne doit pas durer. En effet, le corps se met très rapidement en réflexe de survie : il ne fonctionne pas de manière optimale.

Il va produire davantage de déchets toxiques dans l'organimes (les cétones), qui acidifient et empoissonnent le corps. Ensuite, notre organisme va chercher de l'énergie ailleurs que dans notre nourriture : il va se canibaliser, en "mangeant" ses propres muscles !!!

Il vaut donc mieux prévoir les rations correctement, et ne pas se dire qu'en cas de survie on se limitera au maximum... Car en situation de crise, il faudra rester en bonne santé et alerte pour faire face à des situations complexes (agressions, maladies, intempéries, froid,...). En outre, il y aura du travail manuel assez conséquent à abattre pour devenir autonome (potager, élevage, chasser, cueillette, bricolage, etc.) !

4. Calcul des quantités de stock alimentaire pour 30 jours pour ton foyer.

Pour calculer ce qu'on appelle en diététique un plan alimentaire journalier, il y a un ordre à respecter :

  • tout d'abord, déterminer le besoin énergétique
  • Jouer sur un tableau excel sur les proportions modifiables (féculents et matières grasses)
  • toujours prévoir au minimum entre 1 et 1,25 gr de protéines par kg de poids corporel
  • suivre la répartition idéale suivante : <20% de l'apport calorique total en protéines, de 40 à 50% en glucides, de 30 à 40% en lipides. 

La bonne nouvelle : j'ai fait le plus gros des calculs pour toi :) (Excel m'a beaucoup aidée).

Je te propose donc de suivre cette méthode : 

1. Note les apports caloriques moyens quotidiens pour chaque membre de la famille (moyennes pour une activité physique modérée)

besoins-énergétiques-moyens

 

Si tu veux un calcul plus précis, tu peux calculer automatiquement tes besoins énergétiques avec cette calculette. Attention : celle-ci ne fonctionne que pour les adultes.

2. Reprends sur un tableau les proportions pour chaque profil énergétique de ton foyer : 

J'ai fait le calcul sur Excel des proportions adaptées à 7 profils énergétiques :de 3000 kcal à 1200 kcal. J'ai obtenu le résultat en tenant compte des contraintes en apports en protéines, et en répartition L, P et G.

Pour t'expliquer comment je m'y suis pris, voici l'exemple du calcul pour 2000 kcal/j : en rouge, ce sont les données que je fais varier pour obtenir la quantité d'énergie que je souhaite au final. 

ex-2000kcal

Voici tous les résultats compilés ci-dessous :

7-profils-energétiques Pour rappel, ce plan alimentaire est expliqué dans mon article précédent 

(choix d'un stock végétarien, à compléter avec des oeufs, du poisson et de la viande ramassés, pêché et chassée).

NB : pour avoir une bonne résolution et lire le tableau, il te faudra probablement l'ouvrir sur tablette ou ordinateur. Je mettrai le fichier excel à disposition dans le module "Se Nourrir" du groupe Facebook. Ainsi, tu pourras le télécharger et le modifier à ta guise.

3. Additionne les quantités trouvées dans chaque type d'aliment pour chaque membre

Exemple dans mon foyer : deux adultes et deux enfants entre 6 et 9 ans.

stocks-30 jours 

4. Tu obtiens les quantités pour ton foyer pour une journée : il ne reste plus qu'à multiplier pour tenir 30 jours, puis re-multiplier par le nombre de mois que tu souhaites pouvoir tenir ! 

NB : les quantités peuvent paraître énormes, mais il faut savoir que c'est un régime presque végétarien. Il nécessite donc beaucoup de légumineuses. 

5. Constituer son stock

Comme je l'expliquais dans mon précédent article, pour avoir une rotation des stocks avec un stock constant sur 30 jours, il faut doubler les quantités aux premières courses. Il peut donc être judicieux d'appeler le magasin qui vend des denrées en vrac à l'avance pour voir si tu ne peux carrément pas acheter les aliments en sacs de 5kg. 

Il te faudra aussi anticiper les contenants :

Chez nous on utilise trois volumes, du plus grand au plus petit :

  • bocal Le Parfait de 1,5 litre
  • bocal "Maxi format" de 1,050 kg de compote
  • bocal "Grand format" de 700 gr de compote

Voici les poids en légumineuses et céréales (secs) correspondants au rayon vrac :

  • bocal Le Parfait 1,5 litre : 1,1 kg de semoule/700 gr de coquillettes/1,1 kg de boulgour/1,1 kg de haricots rouges/1,2 kg de millet/1,1 kg de riz basmati
  • bocal Maxi Format : 550 gr d'amandes/550 gr de graines de courges/750 gr de quinoa/750 gr de lentilles corail/750 gr de boulgour/750 gr de haricots rouges/475 gr de coquillettes/750 gr de semoule/800 gr de millet/ 775 gr de lentilles vertes/630 gr de pois cassés.
  • bocal Grand Format : 520 gr de pois cassés/525 gr de lentilles vertes/550 gr de millet/350 gr de coquillettes/500 gr de haricots rouges/500 gr de boulgour/500 gr de riz basmati/375 gr de graines de courge/ 500 gr de quinoa/375 gr d'amandes.

Pour ma part je suis en train de réfléchir au meilleur moyen de stocker les légumineuses et les céréales en grands volumes. J'étudie la solution des fûts en inox, normalement réservés aux liquides, et plutôt chers à l'achat :

fut-inox

Fut inox 30l pour l'huile d'olive

Si tu as des tuyaux pour des conteneurs grand volume avec un bon rapport qualité/prix, STP partage-les avec nous en commentaires :) Je préfère éviter le plastique à cause des perturbateurs endocriens qu'il contient. 

Le panachage des denrées :

Pour bénéficier du maximum de nutriments (vitamines et minéraux), l'idéal c'est de varier au maximum les denrées alimentaires. 

Par exemple : pour ma famille il me faut 20 kg de céréales/féculents pour 30 jours.

Je vais panacher avec par exemple :

  • 5 kg de pommes de terre,
  • 2,5 kg de farine
  • 2,5 kg de millet
  • 2,5 kg de couscous
  • 2,5 kg de coquillettes et autres pâtes
  • 2,5 kg de quinoa
  • 2,5 kg de riz basmati

Idem pour 18 kg de légumineuses :

  • 5 kg de haricots
  • 2,5 kg de poix chiches
  • 5 kg de lentilles vertes
  • 2,5 kg de lentilles corail
  • 3 kg de pois cassés

etc.

Voilà, je pense t'avoir tout dit. 

Cet article est le résultat de toute la réflexion que j'ai menée depuis 3 mois pour mon foyer. Il y a certainement des améliorations à y apporter, alors n'hésite pas à enrichir ce partage avec tes commentaires sur le blog !

Merci par avance, et bonne préparation. 

Posté par jennycuisinebio à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 septembre 2019

Se constituer un stock de nourriture "zéro déchet" 1/2 : les aliments et les contenants

71542460_1150046351861847_871327741985685504_n

L'intérêt d'avoir un stock ? Se préparer à une pénurie,

ou tout simplement, faire ses courses moins souvent

 

Je ne sais pas pour toi, mais quand j'ai commencé à m'intéresser au survivalisme il y a maintenant un an, je n'ai pas réussi à trouver le blog survivaliste qui me correspondait...

En effet, les blogs survivalistes existants tiennent rarement compte de notre santé (ils partent du principe qu'en mode "survie", on se contente de peu) et de notre impact sur l'environnement.

Concernant le stockage de nourriture, par exemple, je suis tombée sur des survivalistes constituant leurs réserves à partir d'aliments déshydratées emballés individuellement (!) : https://www.labibledusurvivalisme.com/nourriture-lyophilisee/ 

Bonjour la quantité de déchets produits ! Et côté santé, on ne sait vraiment pas ce qu'ils mettent dedans (farines animales ???)...

Il y également ceux qui choisissent de stocker un maximum de nourriture en conserves, (souvent de qualité médiocre pour faire des économies !) : des aliments qu'ils ne mangeraient pas aujourd'hui, mais qui selon eux feront l'affaire en temps de survie... Un exemple en vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=gNhsKIpirYA

Ces visions du stockage de nourriture ne me conviennent pas.

En effet, nous ne savons pas si l'effondrement se produira brutalement ou progressivement, et surtout, dans combien de temps (2020 ? 2030 ? 2050 ?). 

Pour ne pas stocker inutilement de la nourriture qui périmera peut-être avant la crise, je pense qu'il vaut mieux pratiquer la rotation de stocks d'aliments sains, durables et sans déchets (ça, c'est pour l'éthique, planète foutue ou pas, je n'ai pas envie d'en rajouter à son fardeau...).

1. MON MODÈLE : LA VIE DE NOS ARRIÈRES-GRANDS PARENTS CAMPAGNARDS

(eh oui, je vais te bassiner avec ça sur ce blog : je pense que notre salut tient vraiment à notre capacité à retrouver le mode de vie sobre et pragmatique de nos anciens...).

Avant l'explosion du platique et du pétrole pas cher, sans réfrigérateur à la maison, nos anciens conservaient leur nourriture dans des contenants sains (sans perturbateurs endocriniens et autres polluants cancérigènes) et dans les endroits frais (cave) ou secs et aérés (grenier). Saloirs en grés, jarres en grés, bonbonnes de verre, coffres en bois, paniers, et tous contenants en verre ou métal...

J'ai même appelé mon père ce matin pour lui demander de se rappeler de son enfance à la campagne et du mode de vie de ses parents, paysans dans la Haute-Marne (France). Il se souvient très bien du coffre à salaison avec le cochon tué pour l'année conservé en morceaux (crus) dans le sel, des pommes, noix, noisettes, nèfles et chataignes conservées pour l'hiver sur le plancher du grenier, des betteraves et des carottes conservées dans un bac à sable et des pommes de terre à la cave. 

C'était la minute nostalgie nécessaire pour te faire prendre conscience que nos anciens de la campagne étaient repectueux de la nature (rien ne se perdait). Et surtout, ils étaient autonomes : avec leur potager, un peu d'élevage (lapins, poules, canards et dindons chez mes grands-parents paternels) et des arbres fruitiers, ils n'avaient presque pas besoin d'acheter de la nourriture ailleurs ! Un feu de farine, de sucre, de lait et de beurre à la ferme voisine. Le cochon acheté sur pied et tué à l'année dans le village était conservé dans du sel pour l'année. Ils mangeaient peu de viande, peu de céréales en dehors du pain fait maison, et beaucoup de légumes et légumineuses du jardin.

C'est pourquoi à mon avis le stock de survie seul n'a aucun sens sur le long terme : il doit servir uniquement à faire face temporairement à une période de transition après une crise majeure (krach boursier avec inflation, conflit armé, catastrophe naturelle...).

A nous de complèter dès maintenant notre stock alimentaire en travaillant sur notre autonomie et en nous inspirant de nos aïeux. Nous pouvons par exemple dès à présent :

  • nous créer dès à présent un potager
  • nous lancer dans l'élevage de poules, puis de lapins si nous avons l'énergie et le temps 
  • planter dès à présent des fruitiers (dans l'idéal : pommier, noyer, cerisier, poirier) qui mettront des années à devenir forts et productifs
  • et avoir constamment à la maison au moins un mois de stock d'aliments nutritifs de base, que je vais maintenant te présenter. 

70556201_513353606122521_3184637732232101888_n

2. LES ALIMENTS DE BASE ZÉRO DÉCHET À STOCKER CHEZ SOI EN PERMANENCE :

J'ai suivie une formation en nutrition ayurvédique végétarienne qui m'a été très utile dans ma réflexion sur l'alimentation optimale (en termes d'énergie, de santé et de conservation) pour la survie. 

En effet, en stockant uniquement des céréales et des légumineuses, ainsi que du quinoa (qui possède tous les 7 acides aminés essentiels) et éventuellement des protéines de soja, ainsi que des acides gras sous forme de graines oléagineuses, d'huile d'olive, huile de sésame, huile de coco et de beurre clarifiéon a presque tous les nutriments nécessaires à la survie, avec une bonne densité calorique. 

Pour l'eau, c'est simple : plutôt que de stocker des quantités de bouteilles polluantes et nocives pour la santé, je te recommande de te procurer un système de filtration. J'en parlerai dans un prochain article. 

PROTÉINES : apportées par le soja, le quinoa ou l'association de légumineuse (lentilles, haricots, pois chiches, pois cassés) + céréale ou pseudo-céréale (blé, riz, orge, avoine, seigle, maïs, épeautre, millet).

Remarques importantes :

  • le sarrasin apporte lui aussi tous les acides aminés essentiels (et peu donc comme le quinoa et le soja remplacer la viande à lui seul), mais il est difficile à conserver. Il comporte souvent des bestioles qui le dévore dans son contenant... Préfère le kasha, sarrasin préalablement grillé.
  • le soja est difficile à digérer pour une grande majorité de personnes (sans qu'elles le sachent pour autant) : les graines de soja jaune ne se consomment pas telles quelles, il faut les travailler avec une fermentation assez complexe (natto, tempeh, shoyu) ou les transformer en tofu, qui lui ne se conserve pas... Il existe aussi les protéines de soja texturées, plus faciles à utliser et à conserver, mais vérifie avant que tu les digères...

Et les produits laitiers ? Tu peux acheter du fromage en meule à condition de pouvoir le conserver dans des conditions de température et d'humidité très stables. Seules celles qui parmi vous ont une vraie cave à température constante peuvent tenter l'expérience... Si tu veux toutefois garantir tes apports en calcium, tu peux soit stocker du lait UHT ou des fromages à conservation longue durée (type vache-qui-rit). Le lait d'amandes contient quant à lui très peu de calcium, sauf s'il est enrichi. 

GLUCIDES apportés par les mêmes aliments cités ci-dessus, sauf le soja (qui contient très peu de glucides). Ajoute également de la farine de blé (conservation optimale trois mois, mais se conserve bien jusqu'à un an). Remarque : laisse tomber les farines plus "originales" (riz, chataigne, sarrasin...) qui se conservent assez mal...

LIPIDES : pour varier les acides gras (omega 3-6-9), je te recommande de stocker des noix avec leurs coques (elles se conservent une à deux années !), des graines de courge, des amandes, des noix de cajou, des graines de courges, de l'huile d'olive, de coco, de sésame et du ghee (du beurre clarifié : il se conserve à température ambiante). J'évite les arachides non salées car elles ont tendance à se couvrir de micro-moisissures toxiques...

Pour apporter également des vitamines essentielles à son assiette (vitamine C notamment, dont le déficit peut provoquer des problèmes de santé, dont le célèbre scorbut), il suffira de compléter ces repas végétariens avec des plantes et baies sauvages comestibles, que l'on peut trouver facilement dans la nature une fois qu'on sait les reconnaître (j'écrirai d'autres post à ce sujet). 

Et pour agrémenter tes assiettes végétariennes (et aussi les rendre plus digestes, parce que tu vas voir que tes intestins ne sont pas habitués à consommer autant de fibres...), ajoute à tes stocks :

  • de la sauce tomate en conserve et du concentré de tomate,
  • du lait de coco en briques (pour les dahls de lentilles),
  • des épices et aromates (cumin, clous de girofle, ail, oignons, curry en poudre, gingembre, cannelle, thym, laurier,...)
  • du sel marin (prévoyez une grande quantité de sel : pour les plats, l'eau de cuisson, la conservation des viandes ou poissons que vous aurez attrapés).
  • du sucre (un gros sac de 5 kg est suffisant), pour agrémenter faire des tartes (farine + ghee + eau + fruits ou baies + sucre)
  • de la spiruline (une algue fortifiante, riche en protéines et en fer, qui se conserve extrêmement bien) et autres algues riches en iode (dulse, laitue de mer, nori en paillettes...).

On peut donc se constituer facilement un stock de base non périssable (conservation entre un et deux ans !) que l'on peut consommer et remplacer au fur-et-à-mesure pour ne pas gâcher cette précieuse nourriture. En plus, il existe de plus-en-plus de points de vente en vrac : la meilleure solution pour réaliser ses stocks et les réapprovisionner régulètement ! 

Dans quelles conditions conserver son stock d'aliments ?

J'utilise des bocaux en verre (de récupération ou bocaux de type Le Parfait), le matériau idéal pour la conservation : bien hermétique aux bêtes en tous genres, et pas de substances nocives pour la santé (sauf dans le couvercle des bocaux : fais attention à ne pas trop tasser les aliments dans les pots pour qu'ils ne restent pas constamment en contact avec le couvercle - il contient des bisphénols.). 

Le meilleur endroit pour conserver tes stocks : un local sans lumière (ou avec un placard, pour protéger les aliments de la lumière)frais et bien aéré. Une cave ou un placard dans une pièce pas trop chauffée de ton habitation (par exemple située au Nord). 

arrows-381439_640

3. LA ROTATION DES STOCKS

Bon, ça parait simple de prime abord, mais en fait j'ai mis du temps à trouver la bonne méthode... (C'est mon côté blonde ;))

Tout l'intérêt d'avoir un stock "zéro déchet", c'est de piocher dedans pour tes repas quotidiens, et de le réalimenter régulièrement. 

Si tu souhaites te constituer un stock pour 5 semaines d'autonomie, et que tu fais tes courses de stock une fois par mois : il te faudra donc :

  • acheter la toute première fois DEUX FOIS LES QUANTITÉS d'un stock pour un mois  (c'est-à-dire doubler toutes les quantités prévues pour 5 semaines d'autonomie). 
  • disposer tes stocks en deux ensembles : un premier stock A d'un mois dans lequel tu vas piocher pour tes besoins courants, puis un second stock B auquel tu ne toucheras pas. Dans l'idéal, prévois carrémentdeux étagères. 
  • au bout d'un mois, tu fais le point sur ce qu'il te manque dans le stock A : tu complétes alors à partir du stock B pour te reconstituer le stock A entièrement. Sur ta liste de courses mensuelles, tu inscris tout ce que tu dois acheter pour reconstituer immédiatement ton stock B.

Ainsi,  tu auras toujours : 2 mois d'autonomie devant toi juste après avoir fait tes courses, et il te restera un peu plus d'un mois de stock au moment de faire tes courses mensuelles. Bien-sûr, tu peux multiplier les quantités de ce stock mensuel autant de fois que tu souhaiteras de mois d'autonomie...

Voici la méthode en résumé :

FS-schema-rotation-stocks

Dans le prochain article, je vais te montrer comment calculer la quantité précise de stock nécessaire pour tenir 5 semaines (un mois environ) en fonction du nombre et de l'âge des habitants de ton foyer.  

Si tu as des remarques pour m'aider à compléter/améliorer cet article, n'hésite pas à les poster en commentaire !

Posté par jennycuisinebio à 15:11 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,